Archives pour la catégorie Thought

Pornographie (porc-nos-gras-fit)… juste un jeu (je) de mots (maux)

Soit…
Quoi qu’il en soit, j’ai passé bien du temps, et des années à regarder d’abord d’un œil intérieur et actif, et ensuite extérieur, ce phénomène (si phénomène il y a) de société.

Pendant des années, je me suis coltiner des amateurs et des acteurs du genre, et j’ai donc eu le temps d’observer les failles qui se cache derrière cette (et maintenant, je peux le dire) misère à la fois mentale et sexuelle.
Les pornographes ont encore de beaux jours devant eux, grâce au système de cette nauséabonde société, où tout se vend et, logiquement, tout s’achète (cela va s’en dire).
Les déviances dans le monde du porno, sont tellement nombreuses, qu’un moment donné, je me suis demandé si je ne devenait pas folle. Je veux dire… le moindre petit « truc » sexuel est exploiter dans les grands (bas-) fonds. Du septuagénaire qui aime aller s’adonner à des partouzes dans l’Asie profonde (si je puis m’exprimer ainsi) avec de petites filles ou petits garçons pré-pubères, au petites jeunes qui pensent que pour vivre avec de l’argent et gouverner le monde (une pensée pour une ancienne amie), il faut être célèbre, et pour être célèbre, il faut montrer son cul, voire l’intérieur de celui-ci, et se faire prendre en levrette sur le comptoir d’accueil d’un hôtel misérable par un détraqué sexuel, qui, n’ayant pas trouvé de taff à sa sortie de prison pour agression sexuel sur enfants mineurs, c’est retrouver à jouer les « baiseurs » de service (excusez du terme) dans un porno filmé caméscope au poing, acheté cinquante euros sur n’importe quel site de vpc, pour gagner sa croute, tout en « défonçant de la femelle » (comme dirait une connaissance malotrue).

Bref, toute la misère est pile poil, ici !!!

Ces derniers jours, j’ai visité Youporn, qui d’après des ami(e)s fervent « consommateurs » d’images pornographiques, est le site idéal à visiter, avant d’écrire mon post.
Je dois avouer, que je suis passée par plusieurs facettes de mon cerveau.
La première, la lassitude… car toujours la même chose, je zappe de vidéo en vidéo, que je ne regarde que quelques petites minutes chacune, pour éviter l’OD trop rapide…
Avance rapide, stop… avance rapide, stop, et ainsi de suite, c’est chiant à mourir !!

La deuxième, l’agacement… car ça gémit, ça va-et-vient sans trop de passion, comme si ils/elles étaient en train d’accomplir un dur labeur, ça pousse des cris tellement strident parfois, que j’ai juste envie de leur hurler « ta gueule »…
Les « males » mugissent comme des hommes de cro-magnon en rût…
À ce stade, je suis en train de me demander, ce que peuvent bien aimer là-dedans ceux qui regarde ces foutues vidéos…

La troisième, l’énervement… alors là, je passe au stade supérieur… car, je suis tombé sur quelques vidéo pédophile… j’ai vu des photos zoophile…
Là, je ne retiens plus ma colère, et avant de péter l’écran de mon pc, je préfère quitter ce lieu de satanisme absolu.
Pour conclure ma rage, j’ai passé un petit coup de fil, à chacun de ces « ami(e)s » qui m’avait conseillé d’aller « voir », pour leur dire tout le bien que j’en pense (je vous passe les détails, mais je suis sure que certains ne me parleront plus jamais, et tant mieux !!)

Je sort donc de ce site malfaisant, et me dis que je ne peux pas rester sur une telle impression…
Je me dis: « le porno, je connais, je l’ai subit… comment se fait-il que ce milieu n’évolue pas, jusqu’à son point de non retour, et stop, on arrête tout »..?
Je me demande comment est-il possible que quelque chose d’aussi répugnant et dégradant, puisse être devenu, de nos jours, l’éducation sexuel des enfants humains…?
Ce n’est pas possible… mais en fait si, c’était prévisible.

Avant de s’attaquer à quoi que ce soit, essayons de diagnostiquer d’où vient le problème, car oui, c’est un vrai souci.
Pour qu’il y ai industrie, il faut qu’il y ai demande. Pour qu’il y ai demande, il faut qu’il y ai un précédent. Quel est donc ce précédent dont on ne parle jamais..?
Mmm… voyons que je réfléchisse un peu…
Qui a eu la sombre idée d’inventer « les films et images porno »…?

Ce que je pense en vérité, est qu’il n’y a pas eu d’idée brillante. Pour en arriver à la pornographie, il faut qu’il y ai eu un échec incroyable du système de la société.
Regardez ceux qui font du porno… regardez les bien.
Regardez ceux qui en faisait y a 40 ans, et ceux qui en font maintenant..?
Rien ne vous choque…? vraiment…?

Ceux qui faisait du porno dans les années 70’s, étaient soit des réalisateurs raté, soit des petits malin mêlés au grand banditisme, et parfois les deux.
Les acteurs, étaient soit des acteurs ratés (et oui, eux aussi), soit des personnes, qui étant dans le plus bas de l’échelle sociale, et voulant accéder assez vite à des revenu un peu plus confortable, vendaient leur cul, dans des films, au lieu de finir complètement défoncé au lsd ou à la coke (bien que la coke, ne défonce pas vraiment) sur le trottoir en train tapiner, pour payer à bouffer à ses gosses, ou pour se payer sa dose.
La plupart du temps, c’était des personne ouverte d’esprit quant au sexe, et ne se posaient pas vraiment de question. C’était l’époque de la libération sexuelle qui voulait ça.

De nos jours, triste constat… qui fait du porno…?
Pratiquement toujours les mêmes au niveau réalisateurs, sauf que… sont venu se greffer de graves pathologie mentale, des déviances sexuelles gravissimes, et des détraquer de « la queue et du vagin » (désolé…)
De nos jours, il faut du thrash, du hardcore, du viol, de la violence, par devant, par derrière, on écartèle, on enfonce le phallus dans le fond de la gorge jusqu’à complète vomissure sur le tapis du salon, c’est gros et ça va vite, le devant, le derrière, on se barbouille de caca et de pipi, il faut que ça crie, que ça pleure, que ça couine, que ça gémisse, les fouet, le cuir, on tabasse, il faut que ça saigne, on piétine des chatons, on s’extasie devant de pauvres poulpes agonisantes à moitié introduit dans des anus et des vagins béants, on massacre des lapins et des chiens à coup de poings et on leur enfonce des sextoys dans les parties génitales, on viol, encore, encore et encore  …c’est carrément de la torture inquisitrice !!!
Où est le plaisir dans tout ça…?
Je ne vois que du malaise, de l’immondice, des pathologies mentale très lourdes, et de la frustration.
Comment trouver la paix, la sérénité et le sommeil après tout ça…?
Je ne vous cache pas que c’est dur, très dure même.
Je serais bien du genre à choper une kalachnikov (et je ne remercierais pas Михаил pour son invention sur son lit d’hôpital d’ailleurs) et à aller tirer dans le tas… mais bon… je n’ai pas de kalach’, et je suis une non-violente… (faut pas pousser mémé non plus !!)

Bref…
La société actuelle nous présente des sites de rencontre, mais pourquoi vivre dans un monde virtuel..?

(à suivre…)

Publicités

Morphologie du Pédomaniaque…

« Il y a cette morphologie typique du pédophile, cette silhouette si grotesque, qu’elle me paralyse de frayeur.
Je sais les reconnaitre, je les sens (renifle) à cent kilomètres … »
Alice Lugol – Décomposition d’un idéal
 
 

Il y a des petits visages dévastés par la cruauté des adultes,
des enfants qui, ont l’allure d’une âme perdue entre le monde
des vivants et celui des morts.
Ces visages aux yeux vidés de tous sentiments,
ces regards momifiés d’angoisse, de terreur,
ces expressions figées, ne révélant qu’un peu de la tristesse
grandissante dans leurs âme, leurs corps, leurs mémoires.

Pourquoi Alice Liddell…?

Parce que j’ai été frappée par ce visage, par ses non-expressions, par cette maitrise de soi,
par cette fragilité évidente. Par cette substance pseudo-innocente, et infantile, ébranlé, ravagé même, par la peur du géant, duquel on est obligé de tout accepter.

Et parce qu’il y a quelques temps, en lisant une « pseudo-biographie » wikipédienne, de ce cher Charles Lutwidge Dodgson (a.k.a Lewis Carroll), j’ai trouvé des images de lui et de cette petite fille, avec qui, il parait, était-il très lié d’amitié…
Soit… cela peut arriver, qu’un adulte, puisse être ami avec un enfant, bien que je reste très septique à ce propos…

Mais je fût beaucoup plus alarmé, et donc, conforté dans mes doutes, à la découverte de certaines images prises par Dodgon lui-même, et d’autres prise de lui avec la petite Alice (par qui..? je l’ignore! …autoportrait peut-être ??)

Effectivement, bien que j’imagine qu’on ne connaitra jamais certains clichés qui resteront à jamais cachés, ou peut-être, furent-ils détruits, par l’intéressée elle-même, je reste persuadé que certaines images sont des plus explicites sur la relation entre Dodgon et Liddell…
Pour preuve, ce cliché qui est tout de même très flagrant de la teneur de la liaison soi-disant « amicale », mais j’ignore si c’est un montage, ou si c’est réel…

Un enfant, sexuellement abusé, et donc, également mentalement (par logique), à cette allure indéfinissable de fragilité absolue…
Comme-ci, elle devenait toute frêle, et que la vulnérabilité de son âme effritée, se révélait dans son allure, dans sa chair, dans ses os, dans lui-même.

L’image devient un masque… l’âme s’est évaporée pour se protéger.
L’enfant, ne devient plus que la représentation de lui-même… son cerveau s’étant mis en veille… le minima requis pour faire semblant de vivre « normalement »…

Physiquement, tout semble normal, mais il devient presque transparent, tellement qu’il aimerait ne pas exister…
Comme un hologramme de lui-même !!!

Et il n’y a pas que l’image, il y a aussi les sons…
Le son de la voix deviendra un chuchotement, les gestes seront minimum, et parfois même, il se peut que lorsqu’il marche, il rase les murs.
… Faisant tout pour disparaitre de ce cauchemar !!

Ensuite il y a le bourreau, et là, c’est du lourd !!!

Attention, je ne suis pas en train de diffamer Sir Charles Lutwidge Dodgon, mais force est de constater que le lien qui l’unissait à cette petite fille me semble très tordu !!!
 

Le tyran… celui qu’on espère ne pas être, celui à qui on souhaite ne pas ressembler, celui qui nous révolte tous… fait, malheureusement partit de tout un chacun !!
Si, si, je vous assure… recherchez bien dans les recoins de votre âme, je suis sûre et certaine que vous le rencontrerez..!!!

Un pédophile (« pédomaniaque ») est pour moi, un être atteint d’une pathologie sévère et dévastatrice de la vie d’autrui.

Philia, qui en grec veut dire « amitié »… est repris dans les pathologies sexuellement déviante de l’être humain… (pédophilie, zoophilie, etc.)

Et pourtant, on sait bien qu’un pédophile ou un zoophile, n’est pas là pour nouer une relation amicale avec sa future victime. Mais bel et bien pour profiter de la faiblesse d’un être qui ne peut se défendre à armes égales.

La morphologie du pédophile est classique pour moi…
Il aura souvent une belle allure, attirant le regard, souvent charismatique, hypnotique dans ces paroles, invitant à lui donner sa confiance, faisant preuve d’une certaine fragilité, auprès de sa proie, mais ceci étant en fait, l’appât sur l’hameçon, et l’invitant dans un cadre intime, secret, exclusif, lui faisant croire qu’elle (la proie/victime) est exceptionnelle, qu’elle a quelque chose de différent, qu’elle est unique, surtout à ses yeux, et ce genre de malade, perdure pendant des semaines et des mois (car oui, les psychopathes de ce style, font parfois preuve d’une grande patience pour arriver à leurs fins) afin de soumettre la pauvre victime, à ses désirs les plus obscurs.

J’ai remarqué que, les pédophile ont quelque chose de l’enfance, qui ressort sur leur visage, ou dans leur allure… Ont peut parfois leur prêter un côté excentrique, ils font souvent des métiers soit artistiques, soit dans lequel la relation adulte/enfant est prédominante: instituteur, coach sportif, prêtre, éducateur, pédiatre, etc.

Il n’est pas toujours un pauvre mec en bas de l’échelle sociale, mais cela peut s’avérer être le cas, et dans ce cas là, se sera un véritable marginal, qui aura commencé très tôt les agressions, parfois dès l’école primaire, sur des enfants un poil plus jeune que lui. Car les plus grand prédateurs, sont sans nulle doute, ceux qui sont bien insérés dans la société, et dont on ne douterais aucunement, un peu comme le gendre idéal !!!

Mais le regard, le regard ne trompe jamais…
Il faut toujours se fier au regard d’une personne.
Un pédophile ayant trouvé sa proie, ou approchant d’une crise (donc du passage à l’acte), aura le regard empli de haine, de désirs haineux, le regard vitreux, esquivant souvent un léger sourire, presque indétectable, mais l’affichant tout de même, cela lui échappant.
On pourrait presque imaginer la bave dégoulinante du loup-garou !!!

Ces êtres là, on une aura « diabolique »… attirant tout gamin un faible sur son passage, tel un piège gluant à mouche.

Ils sont souvent (faussement) maladroit (il s’agit d’une stratégie bien-sûr) dans certaines situations, dans la façon d’exprimer un sentiment, ou dans certains gestes pseudo-amicaux, s’excusant souvent, mais non réellement. Car tout est factice chez ces personnes là, rien n’est vrai, tout n’est que mensonges tournés à son propre avantage. Il tirera partit de toute situations, les créant toujours, afin d’avoir le monopole, de devenir que l’unique centre d’intérêt de sa proie, le petit bonbon affriolant, la chose qui nous fait espérer un évènement immense, duquel on se dit, que c’est la plus belle chose de notre vie.

Il aura souvent, au yeux de l’enfant, l’état d’esprit d’un adulte permissif, jouant parfois à laisser entendre qu’un adulte peut-être l’égal d’un enfant et vice-versa.
Ne vous y trompez pas, ceci n’est que leurre.
Évidemment qu’il sera attractif, s’arrogeant le rôle du parent et du copain, en même temps. Et l’enfant, dans sa naïveté, tombera facilement dans le panneau. C’est le but !!!
Le pédophile est fourbe !!
En deux temps, trois mouvement, ou parfois, après quelques acrobaties de longue haleine, il aura désacraliser le rôle de « parent »… et si il y parvient, les dégâts seront énormes, autant pour les parents de la proie, que pour la victime elle-même.

Sont but est de casser les repères de l’enfant, en en instaurer des nouveaux, propre à sa doctrine. Ainsi, peu à peu, la victime sera en état de soumission totale, ne faisant rien sans le rapporter à son bourreau, ou demandant sa bénédiction.
C’est souvent à ce moment-là, que le tortionnaire passe à l’attaque, expliquant que ce qui en résulte (le viol, l’agression) fait partit du processus. Que c’est logique, et qu’il n’y a pas en a avoir honte.
Si il sent que sa victime va flancher, qu’elle va répéter cela à quelqu’un d’autre, il commence en remettre en cause les pseudo-liens qui les unissent tous les deux…
Prétextant que cela briserait tout, et qu’il n’y aurait plus de « jolies et amusantes » choses à faire avec lui.

Et si cela ne suffit pas, qu’il sent l’enfant fébrile, prêt à tout révéler, là, ce sont alors les menaces beaucoup plus virulentes: « je vais tuer tes parents », « je vais faire du mal à ton animal », « tout le monde va se moquer de toi » (évidemment ça fonctionne, puisqu’il a passé beaucoup de temps à isoler sa proie), « personne ne vas te croire », « il va t’arriver des problèmes », « tu vas tomber malade », etc.
Bref, tout ce qui peut effrayer l’enfant. Et il sait où sont ses faiblesses, puisqu’il les a détecté au fil du temps, afin d’avoir la main mise sur tout, et sur toute la vie de sa proie.

Généralement, à ce stade, dans la logique des choses, et selon l’âge de la victime, elle ne révèlera rien, par peur. Ainsi les mensonges deviendront de plus en plus gros, de plus en plus flagrant, et de plus en plus illogique, ils frôleront la science-fiction ou le film d’épouvante, l’enfant ne connaissant plus la frontière entre la fiction et le réel, entre le vrai et le faux, entre le mal et le bien.

« L’enfant est alors comme un gouffre…
Son esprit est rangé dans un coin de sa personne,
tout au fond, tout minuscule, invisible…
et son corps est devenu sans frontière, sans limite,
…comme un chemin sans fin, intemporel, esclave,
enchainé à la merci de son prédateur, à qui il livre, sa vie.
La conscience ne fait alors plus parti de cette affligeante relation,
puisqu’elle est enchaîné à la confiance que l’on à été obligé de donner à son bourreau, au même terme que sa propre existence… »

Alice Lugol – Décomposition d’un idéal

• Alixton •

Mixed-Media, Artiste, Société, etc.

(sorry for those who do not speak French, and who go through there, but I wanted to post it in French!
That said, you can always translate ^^)
 
 

En me baladant sur le net, et de ce fait, en visitant pas mal de blog,
je me suis aperçu, au bout de toutes ces années, qu’il y avait deux sortes de Mixed Media.

Effectivement, il y a le mixed media qui vient des beaux-arts, le classique quoi.
Mais il y en a aussi un deuxième, celui qui descend du scrap, et qui est, le plus répandu, dans les blogs et dans les forums. Je vois surtout cela sur un forum que je côtoie, le forum Mixed-Media France.

Parallèlement, il y a encore quelques mois, avant que celui-ci ferme définitivement, j’étais inscrite sur un forum, Art-Contrario, plus axé mixed media classique, tenu par deux personnes a l’immense talent, Glycérine et Bonbon. J’ai eu pas mal de temps pour parcourir le forum, sur lequel je me sentais d’ailleurs très bien, mais je n’ai pu participer à aucun échanges, à mon grand dam. Bref…

Ne faisant, personnellement, pas de « scrapbooking », je suis dans la catégorie du mixed media classique.

Y a t-il un vrai, et un faux mixed media…?
Franchement, je n’utiliserais pas ce terme. Je ne pense pas qu’il y en ai un qui puisse se présenter d’une façon supérieur à l’autre, qui ne serait qu’un sous-fifre (de l’art).
Je pense, en revanche, qu’on ne peut pas mettre dans la catégorie « art », le mixed media qui descend du scrapbooking, pour la bonne et simple raison, que c’est bien plus du scrap, donc un loisir créatif, que de l’art. Encore, faut-il savoir ce que l’on nomme « art ». Et je pense aussi qu’on ne peut pas qualifier toute œuvre, quelle qu’elle soit, de pièce d’art.
Je pense, qu’il faut, à certain niveau, savoir imposer des « barrières ».
Disons, se baser sur certains critères. Sinon, tout le monde, peut se dire artiste. Et moi, je ne pense pas que ce soit le cas. D’ailleurs, personnellement, je ne me qualifie certainement pas d’artiste !!!
Je pense que l’on peut se proclamer « artiste », lorsque l’on apporte quelque chose de nouveau, lorsqu’on innove, qu’on donne, voire partage une touche personnelle.
Il y a des personnes nommées « artistes » qui ont réellement apportés quelque chose de neuf.
Comme je pense qu’il y a des personnes, qualifiés d’artistes, et qui ne le méritent vraiment pas, toute époques confondues.

Je n’aime pas le côté: « je suis artiste, donc je suis« .
C’est absolument ridicule. Comme-ci, être qualifié d’artiste était une catégorie spéciale. J’aime l’idée que des œuvres puissent être faites par des personnes au talent bien réel, mais qui ne signeront jamais rien. Qui ne se dévoileront pas derrière. Qui laisseront tout le pouvoir, à l’œuvre elle-même. Des pièces sublimes, qui resteront à jamais anonymes. Nous avons là, la preuve d’une réelle démarche artistique, où l’œuvre prend toute la dimension nécessaire à son épanouissement, l’auteur ne passant pas au-dessus de celle-ci. Laisser la reconnaissance, juste à cette œuvre qui vit sans artifices.

Tout cela vient aussi, du fait de la société dans laquelle on vit. Toujours besoin de « catégoriser » et se ranger dans une situation professionnelle, sans quoi, on est forcément des « looser »… Ah bin oui !!!
C’est dommage, ne trouvez-vous pas..?
On a pas le droit d’être soit même, on doit s’effacer derrières des conventions sociales totalement bidons, et malsaine. Quelqu’un qui regarde la télévision de nos jours, ou lit les journaux ou bien des revues, se laisse formater. On nous dit que pour réussir et être heureux dans sa vie, il faut être connu, il faut de l’argent. Et pour être connu, il faut passer à la tv, être vu par des millions de personnes, qui de toute façon, n’en ont rien à foutre, puisque trop occupé à devenir eux-mêmes « célèbres » !!!
La société, cette machine vampirique infernale, nous suce, tout espoir, toute rébellion, toute nos forces.

Dans le domaine du mixed media, les deux catégories sus-cités confondues, on trouve nombre de personnes comme cela. Cherchant à vendre tout et n’importe quoi, et carrément à se vendre. Ça devient de la prostitution mental légale.
On peut plus aller sur un forum, un blog, un site, sans trouver des sessions de dessin, peinture, mixed-media, bijouterie, etc, payante. N’importe quel tutoriel est payant. Je n’y comprend plus rien.
Pour moi, dans le mot « partage » il y a le mot « art » !!!
Plus personne ne partage rien. Tout est payant.
Si ça continue comme ça, on va finir par trouver des stages payant pour apprendre à un enfant à bien se moucher, ou se laver !!!
Ce que je veux dire, c’est que ça va trop loin.
C’est quand on vit pendant un certain temps en autarcie, et que l’on revient plus ou moins dans ce « monde », que l’on voit tous les travers de celui-ci.

Au final, le terme « artiste » est tellement usité, et à n’importe quelle sauce, que ça devient ridicule de le prononcer, l’écrire, et même le penser.

Ce que je pense réellement et au final, seule la Nature est réellement une artiste.
Et qui, peut se gargariser de savoir réellement ce qu’est ou non de l’art, en se basant sur quelle critères..?
Le mixed media, n’importe quelle catégorie, est-il de l’art..? ou non..?
Celui qui descend des beaux-art, certainement, encore faut-il que la personne qui le pratique est du talent…

• Alixton •

Reflexion Sur La Peinture à l’Huile (en français / in french)

WIP oil on paper canvas 01 by A.Lgl © - 2012

WIP oil on paper canvas 02 by A.Lgl © - 2012

Cela fait maintenant trois jours, que je travaille sur un portrait d’un personnage, huile sur papier toilé.

Il y a quelques mois, j’avais visité plusieurs blogs et sites, se rapportant à cette technique (ce medium), que j’ai plus ou moins exploré de fond en comble. Souvent dans les commentaires, je me suis aperçu, que pas de personne, préféraient peindre à l’acrylique. La cause, tout simplement, le temps de séchage de la peinture à l’huile, qui est, plus ou moins longue (+/- 6mois)

J’ai donc réalisé, que beaucoup abandonnaient l’idée de peindre à l’huile à cause de ce seul fait. Il est vrai que nous vivons dans une société où l’on ne laisse plus le temps à rien ni personne: de mûrir, expérimenter, travailler avec passion et goût, prendre plaisir…
De nos jours, tout va vite… c’est la course contre la montre. Il est rare de se dire: « tiens, aujourd’hui, je vais faire telle chose ou telle autre chose, juste par plaisir »…   Il est vrai que c’est un « luxe » que peu de monde peut se donner, cause à la société dans laquelle on vit, on vit pour faire profiter ceux qui ont déjà tout, nous ne sommes que de pauvres (pour ne pas dire « minables ») larbins à qui l’ont dit: « tu as un rêve, et tu veux de l’argent pour le réaliser, tu bosses, point » !!! (oui, car malheureusement, tout s’achète en plus, même les rêves…)

Car l’argent est bel et bien le veau d’or !!!
Y a ceux qui le fabrique, et donc, qui le possède, et il y a ceux qui le veulent, et c’est un peu comme la carotte au bout du fil que l’on mets sous le nez de l’âne… on nous fait marcher, et nous, bin… on court !!!
On nous fait croire que, pour être heureux, il faut posséder ceci ou cela… que c’est ça le truc « trend » (je hais ce mot et sa version française « tendance »), du moment, à avoir absolument, sinon on est « out », périmé, démodé !!!
On nous invente un faux-bonheur, afin de pouvoir continuer de nous faire courir, bien-sûr. Tout ce qui compte c’est le profit… et rien que ça !! Le reste, on s’en fout !!!
Bref, je hais cette société, et son fonctionnement. Le temps c’est de l’argent. L’argent c’est le but (le profit) de ceux qui t’utilisent… donc prendre le temps, est inconcevable dans cette société toute pourrave…
Bref, tout est à refaire, à recommencer. Repartir de zéro ou presque !!!

Depuis trois jours que j’ai commencé la peinture à l’huile, je me suis mis à réfléchir sur le fait de prendre le temps…
Même peindre, est devenu un profit. Tout le monde vends ses toiles de nos jours, connu et inconnu, premier jet ou très expérimenté… etc.
Tout cela n’a plus vraiment d’importance, ni de valeurs. On te fais croire que tu peux devenir célèbre du jour au lendemain… (toujours pour tirer la vache à lait, bien-sûr…)
Dites-vous bien, que l’altruisme, n’existe pas !! Ceci est un leurre… et uniquement un leurre. Du bluff…
Tout le monde cherche à profiter de tout le monde…

Dans la peinture, je m’estime très débutante, vraiment. J’ai encore des tas de choses à expérimenter… (et heureusement, sinon, il ne me resterait plus qu’à me pendre, si je suivais le cours de la société, tout est déjà écrit avec eux…)!!!
…tout faire vite …tout faire vite… n’oubliez pas ça !!!

Ce portait, est vivant, l’huile provient d’un être vivant, ainsi que les pigments (minéraux, végétaux) et plus j’attends, et j’apporte continuellement de la lumière (puisque c’est presque un monochrome) et plus j’ai la sensation que ce visage vit, me regarde, me parle à l’intérieur, m’interroge, me surprend même…

Comment après avoir réalisé cela, peut-on avoir envie que cette peinture sèche vite…?
C’est un sentiment inquiétant, et de plus, qui m’étonne beaucoup.
J’en arrive donc, à quelques conclusions et interrogations suivantes:
– soit les personnes qui laissent ces commentaires, n’ont pas essayés…?
– soit, c’est une matière qui leur est désagréable…?
– soit, elles sont tellement empreints de ce mode vie (moderne), ou plutôt de survie, actuelle, qu’elles n’arrivent même plus à capter l’essence même de l’existence…

Et pourtant, elles devraient essayer, car c’est un rendez-vous avec soi-même, à ne rater sous aucun prétexte, et qui en plus, permet de se connaitre mieux, sur ses propres envies, ses espoirs, la lumière ou non qui nous habite… etc.
C’est une expérience à vivre… sur plusieurs jours, un certain temps, on est en communion totale avec SOI.

Voilà, c’était ma réflexion du moment…

.• Alixton •.

My Noise…

I have officially taken over my project of noise, FRAKTION C3b.

I work on five new tracks.

the old songs (those who had never been broadcast in any way whatsoever) have unfortunately been lost with my old pc. implosion fucking shit!
Impossible to recover anything on this fucking HD.

Anyway, too bad for me!

Alright,

I would leave here or on my official website (via a new page) my new tracks, or rather excerpts from tracks … because for once in my fucking life, I would like to come out on cd (official, I mean) … Finally, to see …

Thanks,

• Alixton •

My breakfast Sunday

ALGL© Copyright / All Right Reserved - 2011

The breakfast is not a particularly important time for me in a day or even eating, actually. This is something that I forget sometimes several days!

So I eat, it’s really for fun. Or sometimes, because I have no choice after several days of fasting.
Thus, when I take a breakfast, I make sure I like it a lot. Today, I made a sandwich of bread spelled bio, with two slices of « vegan ham » with a hot chocolate plus a shot of Jack Daniel’s! (I treat myself …)

• Alixton •

…des questions dans ma tête à moi !!!

Oui, je précise, des fois que certains penseraient que je ne suis pas seule là-dedans !!!

Y a t-il une façon de faire de l’art..?

L’art à t-il une directive à  suivre ?

Doit-on suivre un mode d’emploi ?

Pour moi, une seule et unique réponse à ces questions, c’est « NON » !!!

pourquoi non??

Bah, j’ai une tête à avoir envie de m’expliquer…?

Aller, je vais essayer de faire un ‘tit effort, parce que je ne vaut rien.

Première question: « Y a t-il une façon de faire de l’art? »

Première réponse: « NON »

Pourquoi ?.. parce que si il y avait une façon de faire de l’art, il ne serait pas ce qu’il est, par définition, tu understand ce que je veux dire, ou pas ???

* * *

Deuxième question: « L’art a t-il une directive à suivre? »

Deuxième réponse: « NON »

Pourquoi ?.. bah parce si c’est le cas, on a tout faux… on peut mettre à la poubelle tout les courants… Dali >> poubelle, Dubuffet >> poubelle, Valadon >> poubelle, etc.

* * *

Troisième question: « Doit-on suivre un mode d’emploi ? »

Troisième réponse: « putain… j’espère que NON »

Pourquoi ?.. parce que sinon, j’ai rien capté, et que j’ai tout faux, et que surtout, j’ai loupé un truc, j’ai tout raté en quelque sorte, ce qui me ferait, soyons franc (moi/nous c’est kif kif bourriko) chier, et c’est peu de l’écrire, le dire serait pas plus expressif je pense, bien que les sons percutent plus souvent l’âme, le cerveau, ou que sais-je, mais là, je ne peux mettre mon megaphone en marche sous peines de poursuites, de courses folles dans les couloirs !!!

Bref, je m’en pose des questions… quelqu’un aurait-il d’autres réponses à fournir..?

Allez, bye bye !!

Et la laideur, on peut..? 😥

• Alixton •

Je me délecte les nOreilles et le nEsprit d’un délicieux son françois… avec des paroles en françois, et des rythmiques à faire taper du peton… mmm….
 
 

FRIIIIIIIIGHT…

Je regardais une vidéo (la première de la liste) ICI* et j’ai eu peur…

Peur, oui… peur !!!

Je suis effrayée, paniqué, …

Les humains qui bougent trop, qui s’affichent, qui danse, qui « in the move »… me font terriblement peur. Je ne pourrais pas me montrer de la sorte. Alors, je sais que la tendance actuelle, et ce, depuis quelques années maintenant, est de se montrer, en tout, et pour tout, l’état d’esprit est « tu te montre, quoi qu’il arrive »… et même si c’est débile, ridicule, effroyable… et que sais-je… TU TE MONTRE !!!

Je sais bien que je suis pas dans la « tendance » du moment, boarf… c’est pas mon truc, j’ai le droit. Je trouve tout simplement ça >> INCOHÉRENT

Et ce montrer pour faire quoi? pour dire quoi?

Si encore toutes ces personnes avait un message à faire passer via leurs expositions « à la mord moi l’noeud » …ma foi, peut-être pourrais-je saisir.

La tolérance, heu non non, ce mot ne fait en aucun cas parti de mon vocabulaire. Pourquoi serais-je tolérante envers une espèce qui ne l’est pas envers moi..???

Pourquoi serais-je tolérante envers une espèce qui m’a traité et me traite comme de la merde..??

Pourquoi serais-je tolérante envers une espèce avec laquelle je ne ressens aucune affiliation (bien que j’en fasse partie)..???

hummm???

Non décidément non… tout ça, tout ce système sociétaire n’est pas fait pour moi.

Il a été construit en parallèle, par des humains qui n’avaient certainement pas le même état d’esprit que moi… pour sûr !!!

Bref, j’ai donc peur, je suis donc effrayé par tout ça.

J’aimerais que l’humain arrête de se mouvoir ridiculement. J’aimerais juste qu’il reste en plan fixe, figé, immobile comme un playmobil !!!

Sans vie, juste des statues/statuts… ça tue !!

Cessez de me faire peur… vous ne servez à rien.

Merci.

• Alixton •

* >> je précise que je n’ai rien de particulier contre la demoiselle dans cette vidéo, dont j’eus appréciée son blog, fut un temps lointain.